Vous devrez rembourser la PCU si vous choisissez de ne pas travailler parce que vous n'êtes pas à l'aise

Posted by Stephanie st-aubin on

Le gouvernement du Canada a lancé le Prestation canadienne d'urgence (PCU) afin d'aider les Canadiens qui ont perdu leur emploi ou qui ont vu leurs heures diminuer en raison de la COVID-19. Mais alors que le gouvernement du Québec parle de déconfinement et de relance économique, plusieurs personnes ont signalé leur malaise de retourner au travail en raison de la pandémie. C'est d'autant plus vrai que la PCU promet 2 000 $ par mois tout en restant à la maison.

Toutefois, les gens qui choisissent de ne pas travailler parce qu'ils ne sont pas à l'aise pourraient devoir rembourser la PCU. Cela inclut aussi les personnes qui préfèrent ne pas travailler pour ne pas exposer un membre de leur famille à la santé fragile. Car selon les critères du gouvernement, on n'est pas admissible à la PCU si l'on choisit de ne pas travailler, même si c'est en raison de la peur de contracter la COVID-19.

« Suis-je admissible à la Prestation canadienne d’urgence même si j’ai toujours mon emploi, mais que je ne me sens pas à l’aise d’aller travailler en raison du risque que présente la COVID-19? Par exemple, qu’arrive-t-il si j’ai quelqu’un à la maison dont le système immunitaire est affaibli et que je ne peux pas courir le risque de l’infecter? » peut-on lire dans les questions sur le site du gouvernement du Canada.

Voici la réponse :

vous avez perdu votre emploi

vous êtes malade ou en quarantaine à cause de la COVID-19

vous prenez soin d’autres personnes qui sont en quarantaine ou malades à cause de la COVID-19;

vous vous occupez d’enfants ou d’autres personnes à charge dont l’établissement de soins est fermé en raison de la COVID-19.

En plus de ces exemples, il pourrait y avoir d’autres motifs liés à la COVID-19 pour lesquels vous avez dû cesser de travailler. Toutefois, vous ne pouvez pas quitter votre emploi volontairement.

Si vous avez des inquiétudes concernant des risques que présentent vos conditions de travail, vous devriez discuter de la situation avec votre employeur.

Si vous travaillez dans un milieu de travail sous réglementation fédérale, vous voudrez peut-être consulter votre comité de santé et de sécurité au travail ou votre représentant en matière de santé et de sécurité ainsi que le document « Droit de refuser d’exécuter un travail dangereux » qui se trouve à l’adresse https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/sante-securite/rapports/droit-refuser.html

Vous pouvez aussi consulter le site Web du ministère du Travail de votre province ou territoire pour obtenir plus d’information sur vos droits et le processus que vous devriez suivre.

Une autre source d’information que pouvez consulter est le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (https://www.cchst.ca/index.html). »

De plus, selon Global News, un employeur pourrait considérer que vous avez démissionné si vous refusez de travailler, ce qui ferait aussi en sorte que vous n'auriez pas accès à l'aide gouvernementale.

 

Source: Global News
Crédit photo: Adobe Stock


Share this post



← Older Post Newer Post →


Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published.

x